Coming soon!!!
Thank you for your patience.

MICROFINANCE

Les institutions de microfinance sont des organismes qui accordent des prêts à des clients à faible revenu, notamment les micro-entreprises et les travailleurs indépendants, qui n’ont généralement pas accès aux sources de financement traditionnelles des établissements bancaires. Ces prêts de montant généralement peu élevé (ils peuvent même être inférieurs à 100 dollars) s’adressent aux emprunteurs des pays en voie de développement et sont généralement assortis d’une échéance courte (un an maximum). Ils ne sont pas garantis par des actifs, comme ce serait le cas des prêts des institutions bancaires, et les remboursements s’effectuent sur une base hebdomadaire et non mensuelle.

De par sa nature même, la microfinance s’attaque généralement à des problèmes économiques, sociaux et, parfois, environnementaux. Ainsi, l’électricité est un besoin fondamental qui permet aux petites entreprises de fabriquer ou de transformer des produits. La microfinance peut offrir à une communauté rurale un accès à l’électricité grâce à la réalisation de projets d’énergie renouvelable, par exemple de petites centrales hydroélectriques ou des panneaux photovoltaïques (PV). Les institutions de microfinance exploitent les débouchés environnementaux depuis des décennies parce que ceux-ci font partie intégrante de leur activité.

Pour en savoir plus :

Microfinancement de panneaux solaires en Jordanie
Financement de petits projets hydroélectriques au Pérou

CRÉDIT-BAIL

Une société de crédit-bail met un bien de capital fixe ou un service à la disposition d’une entreprise ou d’un particulier pour une période déterminée (des dispositions prévoyant parfois l’achat du bien à expiration du contrat) en contrepartie de paiements réguliers, dénommés loyers. Le titulaire du bail est le bénéficiaire des biens ou des services faisant l’objet du contrat ; le bailleur en est le propriétaire ou le prestataire. Le crédit-bail peut couvrir les biens suivants : véhicules de tourisme, véhicules utilitaires légers, mobilier, équipement de bureau, appareils électriques et équipements lourds (engins de terrassement, machines lourdes, équipements industriels, navires, camions de gros tonnage, aéronefs). Dans certains cas, la société de crédit-bail est propriétaire des actifs physiques loués et en assure l’entretien ; elle est en outre responsable de son installation et de son fonctionnement. Ce système est qualifié de location-exploitation.

Une société de crédit-bail peut louer toutes sortes d’équipements économes en énergie et faisant appel aux énergies renouvelables, notamment des chaudières, des compresseurs et des appareils de chauffage/climatisation ou des panneaux solaires, des chauffe-eau solaires, etc. Les locations peuvent être associées à des contrats d’installation et d’entretien et à des contrats de performance.

Pour en savoir plus :

Étude de cas Une société turque de crédit-bail se lance dans le financement de projets de maîtrise de l’énergie

FONDS DE PLACEMENT PRIVÉS

Les fonds de placement privés prennent des participations à long terme dans des entreprises (bien que d’autres instruments financiers puissent être utilisés dans certains cas) en vue de revendre ces participations en réalisant un bénéfice. Un fonds de placement privé est généralement un partenariat avec des investisseurs qui sont des commanditaires du fonds, lequel est géré par un commandité. Les commanditaires s’engagent à fournir des fonds lorsque le commandité a identifié une possibilité d’investissement, par exemple une prise de participation majoritaire dans une entreprise. Un fonds effectue généralement des investissements distincts dans plusieurs entreprises ou projets pendant la durée du partenariat. Il peut investir dans divers types de sociétés ou projets : institutions de microfinance, petites et moyennes entreprises, grosses entreprises et projets de grande envergure.

Les fonds de placement privés peuvent rehausser la valeur des entreprises dans lesquelles ils prennent une participation en investissant dans l’amélioration de leur rendement énergétique et dans le remplacement des technologies. Ils peuvent également investir dans des entreprises qui fabriquent ou offrent des produits ou services associés à l’environnement. Certains ciblent par exemple uniquement des fabricants d’équipements de maîtrise énergétique ou d’énergies renouvelables.

Pour en savoir plus :

Étude de cas TunInvest mise sur la viabilité pour améliorer les résultats .
Axxess Capital investit dans la maîtrise de l’énergie Case Study

SOCIÉTÉS DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES (SSE)

Les sociétés de services énergétiques (SSE) offrent à leurs clients un moyen de réduire leur consommation et leur demande d’énergie dans le cadre de contrats de performance. La SSE fait fonction de maître d’œuvre ; elle utilise la méthode classique des frais généraux et des marges bénéficiaires, et elle est en mesure de financer et de garantir les résultats de son intervention si elle fait office de concepteur/constructeur. On trouvera ci-dessous une liste des différentes catégories de contrats, depuis ceux qui couvrent l’intégralité des services et sont assortis de risques élevés à ceux portant sur un faible niveau de service et associés à de faibles risques.

SSE offrant un ensemble de services intégrés : La SSE conçoit, finance et exécute le projet, vérifie les économies d’énergie, et partage avec le client un pourcentage convenu du montant des économies d’énergie réelles sur une période donnée. Aux États-Unis, cette approche est également connue sous le nom de « partage d’économies d’énergie».

Contrat de gestion finale de l’énergie : La SSE assure l’exploitation et la maintenance de l’équipement et vend la production (vapeur, chauffage/climatisation, électricité) au client, à un prix convenu. Elle supporte la totalité des coûts associés à la mise à niveau, à la réparationdu matériel mais c’est le client qui en demeure généralement le propriétaire. Ce modèle est parfois appelé contrat de gestion du chauffage ou de l’énergie.

SSE avec financement par une tierce partie : La SSE planifie et exécute le projet mais ne le finance pas, même si elle organise ou facilite parfois son financement. Elle garantit que les économies d’énergie suffiront à couvrir les paiements du service de la dette. Ce modèle est également appelé « garantie d’économies d’énergie » aux États-Unis.

SSE avec contrat à échéance variable : Ce modèle s’apparente au premier (ensemble de services intégrés), si ce n’est que l’échéance contractuelle peut varier en fonction des économies effectivement réalisées. Si ces dernières sont inférieures aux prévisions, le contrat peut être prorogé pour permettre à la SSE de recouvrer le paiement contractuel. Le contrat de type « premier sorti » en est une variation, en vertu duquel le montant intégral des économies d’énergie revient à la SSE jusqu’à ce qu’elle ait recouvré le montant convenu.

Crédit au fournisseur de matériel : Le fournisseur de matériel conçoit et met le matériel en service, et vérifie que la performance/les économies d’énergie sont conformes aux prévisions. Le paiement peut soit s’effectuer sur une base forfaitaire après la mise en service, soit être réparti dans le temps (généralement en fonction des estimations des économies d’énergies). La propriété du matériel est immédiatement transférée au client.

Crédit-bail équipement : Comme dans le cas précédent, le fournisseur perçoit des paiements fixes en fonction des estimations des économies d’énergie. Néanmoins, dans ce cas, il reste propriétaire du matériel jusqu’à ce que tous les paiements au titre de la location et tous les paiements de transfert aient été effectués.

Consultant technique (avec rémunérations fondées sur les résultats) : La SSE réalise un audit et contribue à la mise en œuvre du projet. La SSE et le client conviennent d’honoraires fondés sur les résultats, des pénalités pouvant être appliquées en cas d’économies d’énergie inférieures aux prévisions, et des primes versées dans le cas contraire.

Consultant technique (avec rémunérations fixes): La SSE conduit un audit, planifie le projet et soit aide le client à l’exécuter, soit se limite à le conseiller en contrepartie d’honoraires fixes forfaitaires.

Pour en savoir plus :

Étude de cas Optima Energia


  • FacebookTwitterLinkedIn
  • Share