Coming soon!!!
Thank you for your patience.

Les activités d’un client d’une IF/ d’une entreprise dans laquelle elle investit peuvent avoir un impact sur l’environnement, poser des risques pour la santé humaine, ou avoir des effets négatifs sur les communautés locales si ces activités sont mal planifiées ou mal gérées.

Étant donné que ces risques posent eux-mêmes des risques de crédit, de responsabilité et de réputation pour les institutions financières, celle-ci peuvent prendre des mesures pour identifier et atténuer ces risques. L’exposition d’une institution financière à ces risques dépend de la nature de ses activités. Les organisations de services bancaires, de microfinance, de crédit-bail et de placement privé ne sont pas exposées aux mêmes risques E&S.

L’ampleur des risques environnementaux et sociaux dépend notamment du secteur d’activité, en particulier si certains procédés de production ou autres activités génèrent des émissions et des sous-produits qui pourraient avoir des effets néfastes sur l’environnement et les communautés. L’agriculture, la pêche, les industries extractives, l’infrastructure, le bâtiment et la production manufacturière sont des secteurs d’activité qui présentent généralement d’importants risques environnementaux et sociaux.

Les effets imprévus des risques environnementaux et sociaux associés aux activités d’un client d’une IF/ d’une entreprise dans laquelle elle investit peuvent aussi avoir des répercussions sur l’institution financière en raison de ses transactions avec le client / l’entreprise. Les effets suivants peuvent compter parmi les conséquences imprévues :

  • Perturbation des activités. Les activités du client de l’IF/ de l’entreprise dans laquelle elle investit peuvent être directement affectées par l’évolution des conditions sociales, comme d’importants mouvements de personnel, ou des conditions environnementales, comme la détérioration des ressources dont dépendent les activités. Une telle évolution a un impact sur la viabilité du client de l’IF/ de l’entreprise dans laquelle elle investit et représente un risque pour l’institution financière.
  • Questions juridiques. La réglementation environnementale et sociale d’un pays définit les conditions d’obtention de permis d’exploitation, le respect des normes d’hygiène et de sécurité du travail et l’obtention d’autorisations d’émission/de rejet. Si le client de l’IF/ l’entreprise dans laquelle elle investit ne satisfait pas à ces exigences ou se rend régulièrement coupable de négligence ou de non-respect, il / elle s’expose à des amendes ou sanctions et risque même de devoir cesser ses activités si les autorités révoquent son permis d’exploitation, ce qui a un impact sur sa viabilité financière et opérationnelle et représente un risque pour l’institution financière.
  • Perte de part de marché. Lorsque de nouvelles règles environnementales et sociales sont promulguées ou que le marché exige des produits et des services conformes à l’intérêt collectif ou préférables pour l’environnement, le client de l’IF/ l’entreprise dans laquelle elle investit risque de perdre sa part de marché s’il ne répond pas à ces exigences, ce qui réduit la rentabilité de ses activités et représente un risque pour l’institution financière.
  • Responsabilité et dépréciation. Le client de l’IF/ l’entreprise dans laquelle elle investit risque d’engager sa responsabilité environnementale et sociale en cas de contamination ou de dommages ou blessures infligés à des tiers, par exemple s’il doit prendre les mesures correctives prévues par la réglementation environnementale concernant les terres et/ou les eaux souterraines contaminées, mesures qui peuvent être extrêmement coûteuses, ou s’il doit faire face à des demandes de dommages-intérêts ou d’indemnisation pour dommages environnementaux et sociaux infligés par ses activités. Cela représente une lourde charge financière pour le client de l’IF/ l’entreprise dans laquelle elle investit, qui entraîne généralement une dépréciation de ses actifs. Pour une institution financière, cela implique une diminution de la valeur du nantissement et créer un passif éventuel.
  • Mauvaise réputation. Compte tenu de la sensibilisation du public aux questions environnementales et sociales, les activités du client de l’IF/ de l’entreprise dans laquelle elle investit font l’objet d’une observation attentive qui vise à assurer qu’elles sont gérées de manière efficace et responsable. En cas de mauvaise performance environnementale et sociale, la communauté risque de s’opposer à la présence du client de l’IF/de l’entreprise dans laquelle elle investit, ce qui peut ralentir ou interrompre ses activités. Une opinion publique négative peut nuire à la réputation du client de l’IF/de l’entreprise dans laquelle elle investit et réduire la demande de ses produits et services, ce qui a un impact sur sa viabilité financière et opérationnelle et représente un risque pour l’institution financière.

Les clients d’une IF/ les entreprise dans lesquelles elle investit qui ne tiennent pas compte ou n’assurent pas une bonne gestion des risques environnementaux et sociaux associés à leurs activités s’exposent à des risques de crédit, de responsabilité et de réputation qui peuvent compromettre la viabilité à long terme de leurs activités.

Une entreprise citoyenne est une entreprise qui gère les risques environnementaux et sociaux conformément à la réglementation environnementale et sociale et aux normes environnementales et sociales internationales, et qui recherche des opportunités environnementales. Le respect des règles et des normes réduit l’exposition du client de l’IF/de l’entreprise dans laquelle elle investit aux risques environnementaux et sociaux ainsi qu’aux effets imprévus sur ses activités, tout en améliorant sa réputation. Du point de vue d’une institution financière, une bonne gestion des risques E&S accroît la crédibilité du client de l’IF/ de l’entreprise dans laquelle elle investit et témoigne de sa viabilité financière et opérationnelle à long terme.


  • FacebookTwitterLinkedIn
  • Share