Coming soon!!!
Thank you for your patience.

Les eaux usées comprennent les eaux usées industrielles, les eaux générées par les équipements de service, les eaux usées sanitaires et les eaux de ruissellement. La qualité et le volume de ces rejets dépendent de la branche d’activité.

  • Eaux usées industrielles : Les polluants présents dans les eaux usées industrielles sont des acides, des bases et de nombreuses autres substances, notamment : produits chimiques organiques, solides en suspension, nutriments (phosphore et azote), métaux lourds (par ex. cadmium, chrome, cuivre, plomb, mercure, nickel, zinc), cyanure, produits chimiques organiques toxiques, graisses et matières volatiles. Le coût de traitement des eaux usées industrielles peut être élevé.
  • Eaux générées par les équipements de service : Les équipements de service (tours de refroidissement, systèmes de déminéralisation, etc.) consomment beaucoup d’eau et rejettent des eaux à haute température contenant des solides dissous ainsi que des résidus de biocides et d’autres agents antisalissures des systèmes de refroidissement.
  • Eaux de ruissellement : Ces eaux regroupent toutes les eaux d’écoulement et de pluie, de drainage ou d’autres sources. Elles contiennent des sédiments en suspension, des métaux, des hydrocarbures de pétrole, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des coliformes, etc. Un ruissellement rapide, même d’eaux non contaminées, dégrade également la qualité des eaux réceptrices en érodant les lits et les berges des cours d’eau.
  • Eaux usées sanitaires : Les eaux usées sanitaires peuvent être des eaux d’égout domestiques et des eaux issues des services de restauration ou de blanchissage destinés aux employés du site, ainsi que des eaux usées provenant des laboratoires, des infirmeries, des ateliers d’entretien de matériel et des installations d’adoucissement d’eau.

Les clients/ entreprises dans lesquelles une IF investit doivent surveiller la qualité, la quantité, les sources et les points de rejet de chaque type d’effluents liquides (industriels, utilitaires, sanitaires et de ruissellement). Les eaux usées rejetées par une installation ne doivent pas produire des concentrations de contaminants supérieures aux normes de qualité des rejets d’effluents énoncées dans les réglementations nationales, sous peine d’amende et/ou de sanction. La qualité des rejets doit également être comparée aux meilleures pratiques et normes internationales en vue d’identifier tout écart indiquant qu’une installation fonctionne mal. Il importe de gérer la production et le rejet d’eaux usées afin de réduire les volumes d’eau nécessitant un traitement particulier en utilisant l’eau de manière plus rationnelle, en modifiant les procédés de production (notamment en limitant l’utilisation de matières dangereuses qui contaminent l’eau) et en traitant les eaux usées sur place avant leur rejet, afin de réduire la charge de contaminants.

Dans la mesure du possible, les clients d’une institution financière et les entreprises dans lesquelles elle investit doivent éviter ou réduire au minimum et maîtriser les effets négatifs du rejet d’eaux usées sur la santé humaine, la sécurité et l’environnement grâce à une bonne gestion des eaux usées et à des méthodes de conservation et de recyclage de l’eau. Une institution financière peut aider ses clients et les entreprises dans lesquelles elle investit à identifier les possibilités de conservation et de recyclage de l’eau pour prévenir ou réduire la production d’eaux usées, ainsi que les opportunités environnementales.


  • FacebookTwitterLinkedIn
  • Share