Coming soon!!!
Thank you for your patience.

Le financement à court terme, comme les crédits commerciaux, est souvent assorti de garanties telles que les effets à recevoir ou les stocks. Une entreprise peut vendre ses effets à recevoir ou les donner en nantissement au créancier en échange de liquidités immédiates (affacturage). Bien que certains prêts aux entreprises et types de financement de projets soient généralement accordés à des fins spécifiques, par exemple pour la construction ou l’achat d’équipements, les prêts à court terme tels que l’avance de fonds de roulement ou les crédits de trésorerie n’ont pas de finalité spécifique et appuient de manière générale les activités économiques de l’entreprise.

Les problèmes environnementaux et sociaux liés aux financements à court terme peuvent être négligeables ou complexes, selon la taille, le secteur d’activité et l’emplacement de l’entreprise, et selon sa détermination à gérer les risques environnementaux et sociaux. Étant donné qu’une avance de fonds de roulement ou un crédit de trésorerie fournit un soutien financier général à une entreprise au lieu de financer uniquement l’achat de matériel ou l’expansion de ses opérations, l’institution financière est exposée au risque global de l’emprunteur, y compris les risques environnementaux et sociaux.

Le risque de réputation est le principal problème soulevé par le financement à court terme, en particulier si l’emprunteur a des problèmes environnementaux et sociaux non résolus qui retiennent l’attention du public. Compte tenu de la courte durée des prêts et des garanties fournies, l’institution financière a un faible risque de crédit. Mais comme les garanties sont des actifs, elle risque d’engager sa responsabilité, par exemple en cas de contamination du sol. Étant donné qu’il s’agit de prêts à court terme, l’institution financière a peu d’influence sur la gestion des risques environnementaux et sociaux.


  • FacebookTwitterLinkedIn
  • Share