Coming soon!!!
Thank you for your patience.

Se fondant sur l’expérience d’institutions financières ayant pris des mesures concrètes pour intégrer les principes de viabilité dans leurs politiques, leurs pratiques, leurs produits et leurs services, le rapport d’IFC Banking on Sustainability tire les dix enseignements suivants pour une intégration réussie :

  1. Élaborer un Système de gestion environnementale et sociale (SGES) qui ne se limite pas à énoncer des principes mais donne des indications concrètes, par exemple sur l’affectation des ressources humaines et financières nécessaires à la mise en œuvre du système, et sur la formation des employés. Il est nécessaire de définir des principes mais cela ne suffit pas à établir un système de gestion solide. D’autres éléments doivent être communiqués sur les structures institutionnelles et leurs activités.
  2. Recruter des responsables et/ou mettre en place des départements spécifiquement chargés des questions environnementales et sociales, comprenant des spécialistes ayant des formations et des expériences appropriées, pour mettre en œuvre les mécanismes de contrôle environnemental et social. Les appuyer dans leur tâche.
  3. Adopter une démarche de renforcement des capacités dans l’ensemble de l’institution, grâce à des formations et au soutien des dirigeants.
  4. Intégrer systématiquement des procédures de gestion des risques environnementaux et sociaux dans les systèmes de gestion des risques pour tous les projets. Les risques liés à la viabilité varient selon la taille des projets et les secteurs d’activité, mais ils existent potentiellement dans tous les projets.
  5. Transformer en opportunités l’évaluation des risques liés à la viabilité. Collaborer avec les clients pour améliorer leurs performances environnementales et sociales au lieu de simplement rejeter les investissements pouvant présenter des risques.
  6. Prendre en compte les questions environnementales et sociales dans les études de marché et les évaluations des projets. Les institutions financières doivent définir des domaines prioritaires et se concentrer dessus. Différentes approches sont possibles, par exemple réaliser des études de marché sur les secteurs axés sur la viabilité, instaurer des partenariats avec les communautés, les ONG et les organismes concernés, ou encore identifier la demande des clients actuels pour des produits comportant des composantes environnementales et sociales, tels que des cartes bancaires affinitaires et des fonds « verts » ou sociaux.
  7. Coopérer avec les organisations financières internationales, et bénéficier ainsi de leurs ressources financières et de leurs capacités d’assistance technique.
  8. Adhérer à des référentiels sectoriels à caractère facultatif tels que les Principes d’Équateur, afin de bénéficier du partage des connaissances et des compétences.
  9. Informer les parties prenantes des améliorations apportées d’une manière claire et transparente. L’amélioration des relations avec les parties prenantes et de la réputation de l’institution est l’un des avantages immédiats que procure l’adoption des principes de viabilité en tant que stratégie d’entreprise. Il y a de multiples façons de faire passer le message, par exemple les rapports sur la viabilité, les sites web et les médias.
  10. S’engager dans un processus d’amélioration continue afin de veiller à ce que l’institution financière aille toujours au-delà des obligations légales pour faire de la viabilité un instrument de compétitivité.

Télécharger le rapport complet Banking on Sustainability dans les Documents connexes.


  • FacebookTwitterLinkedIn
  • Share